Les ouvriers qualifiés et les bricoleurs avertis le savent bien, utiliser un outil ne se fait pas n’importe comment tant pour l’utilisé dans de bonnes conditions en évitant les détériorations pour le conserver pendant de longues années que pour être conscient des risques que l’on peut encourir et même lorsqu’il s’agit de petits outils comme un cutter ou un marteau, penser prévention est primordial.

Perceuse visseuse : le choix et l’utilisation d’un bon outil dans de bonnes conditions

En considérant que l’acquisition de cet outil se fera pour de nombreuses années, car le vissage ou le perçage sont des opérations que l’on peut être amené à répéter au cours des années pour le montage de meubles, la fixation d’une étagère, percer un mur béton, il faudra se procurer une perceuse visseuse de bonne qualité.

Puisque les perceuses et même les perforateurs disposent de mandrins pouvant serrer des mèches aux propriétés spécifiques, il faudra penser à utiliser la bonne mèche selon le support à percer.

Choisir la bonne mèche selon la matière

On distingue 3 types de mèches à utiliser pour un perçage en fonction de la matière dans laquelle elle va pénétrer. La mèche sera fixée dans le mandrin avec une clef dédiée à la perceuse que l’on appelle une clef à mandrin. Les 3 types de mèches ou de forêts sont :

La mèche à bois est reconnaissable, car le bout est en pointe.

La mèche à béton et pierre se distingue des deux autres, car elle présente une tête à son extrémité afin d’usiner la matière à percer, cette dernière rentrera plus progressivement dans la matière du notamment à la dureté des matières à percer et à sa tête qui va plutôt user le matière. À savoir également que lorsque l’on rentre dans le béton, il faut choisir une perceuse avec un mode percussion sans quoi on peut y passer la journée.

La mèche pour métal est de couleur dorée contrairement aux autres qui sont plutôt grises.

Après avoir déterminé la matière et choisie le bon forêt, il faudra y aller progressivement surtout lorsque l’on perce une matière dure telle que la pierre, le métal et encore plus avec le béton en réalisant successivement des retraits du forêt pour chasser la matière usinée. Une bonne solution également à laquelle on ne pense pas forcément est de refroidir le forêt, car plus il va chauffer et plus il risque de s’user voir de se détériorer fortement donc penser au refroidissement.