De trop nombreuses entreprises souffrent d’un fort taux d’absentéisme au travail. Les conséquences sur l’entreprise peuvent être néfastes, mais les dirigeants ont peu de mesure à leur portée pour justifier cette absence. Et le taux d’absentéisme ne cesse d’augmenter, laissant les employés présents sous une charge de travail importante.

Les mesures disponibles pour les entreprises

Une entreprise a besoin de personnel pour pouvoir survivre et subvenir à ses besoins. Si des employés sont en arrêt pour maladie ou accident du travail, la société est amputée et doit mettre en place des mesures pour que la production soit inchangée. Des mesures sont proposées aux employeurs, comme l’embauche d’un salarié en CDD, la mise en place d’heures supplémentaires pour les employés présents dans l’entreprise et la contre-expertise médicale en cas de doutes. Souvent, les dirigeants n’ont recours à aucune de ces mesures et « préfèrent » surcharger leurs employés présents dans l’entreprise. Malheureusement, cette charge supplémentaire qu’ils prennent sur eux a des effets néfastes sur leur motivation et leur santé. Nous nous retrouvons donc dans le cas d’un cercle vicieux, car les employés finiront par se mettre eux aussi en arrêt maladie.

L’absentéisme en hausse ces dernières années

Depuis quelques années, le nombre d’absents ne cesse d’augmenter dans les entreprises. Pression, souffrance psychologique, accident du travail, les raisons de leur absentéisme sont nombreuses. Le taux a augmenté de plus de 4 % sur tout le territoire français en 2 ans (entre 2013 et 2015). Une hausse fortement marquée, inquiétant la plupart des entreprises ne souhaitant pas voir ce nombre augmenter encore et encore au fil des années. Ainsi, pour éviter ces absences répétées et offrir un meilleur cadre de travail aux employés, certaines entreprises mettent en place des dispositifs d’accompagnement efficaces. Ces derniers peuvent être soumis par l’entreprise ou par un organisme extérieur, mais permettent d’arriver au même résultat : avoir des salariés présents un maximum de jours dans l’année. Pour cela, ils vont user d’astuces comme le soutien psychologique, l’accompagnement au moment de la reprise du travail, le soutien auprès des équipes et la mise en confiance du collaborateur.