Dans les métropoles, les immeubles, les revêtements de sol et la climatisation provoquent des îlots de chaleur. La solution la plus efficace pour abaisser la température c’est de planter des végétaux.

Selon plusieurs études, la chaleur est plus importante en ville qu’en campagne. La différence de température sur une distance de 50 km peut aller de 4°C à 8°C. L’une des principales causes est que les matériaux (béton, pierre…) absorbent la chaleur durant le jour et la restitue la nuit. Les îlots de chaleur urbains ou ICU sont plus importants la nuit, influençant énormément les températures minimales.

Un autre élément est aussi en cause : l’usage de la climatisation. En utilisant un climatiseur, la chaleur à l’intérieur des maisons est rejetée à l’extérieur. D’après les chercheurs, les climatiseurs contribuent à augmenter de 1°C la chaleur à l’extérieur (2°C vers 2030). Les spécialistes affirment que les personnes vivant dans les maisons et disposant d’un climatiseur seront à l’abri, mais celles qui travaillent dehors devront subir la forte température.

 

Replanter pour rafraichir

Certaines recherches plus poussées montrent même qu’il existe des ICU d’une rue à l’autre, avec une variation de température de plusieurs degrés en fonction de la largeur des rues, de l’existence de végétaux, de la densité des bâtiments… Dans les années à venir, lutter contre l’ICU sera une priorité pour la santé publique. L’étude de Météo France indique que les températures maximales dans la capitale risquent de s’accroitre de 1.3°C à 4.3°C jusqu’en 2100. Actuellement Paris est soumis à 49 jours estivaux avec une température dépassant les 25°C. En fonction de nos agissements vis-à-vis du réchauffement climatique, on estime que la température risque de grimper à plus de 60°C.

Pour faire face à cela, plusieurs architectes, ingénieurs municipaux et urbanistes avancent des solutions. Certains indiquent de peindre les toitures des maisons en blanc et d’autres proposent de couvrir les immeubles de pelouse. Mais l’une des solutions les plus efficaces serait de replanter des pelouses et des arbres en pleine terre. Les spécialistes suggèrent donc d’utiliser toutes les places disponibles : parkings, trottoirs… D’ailleurs, Paris a déjà adopté la politique de retour à la nature. La maire de la ville prévoit de créer 100 ha d’espaces verts jusqu’à la fin de son mandat. Enfin, les spécialistes recommandent de cultiver des légumes et fruits en bordure des villes afin d’abaisser la température.